pro dialog
A l’association de Haïti FDDPA le prix Alexander Langer 2011

 

A l’association de Haïti FDDPA (Fos pou Defann Dwa Payzans Aysien – Force pour la défense des droits des paysans haïtiens) à la mémoire d’Elane Printemps Dadoue, le prix Alexander Langer 2011

 

Motivations

Elane Printemps, appelée Dadoue, est née en 1963 à Môle Saint Nicolas, à Haïti, une terre marquée par l’oppression et la souffrance. Suite à la Révolution française, Haïti se révolte et arrive à se libérer de l’esclavage et à obtenir l’indépendance la France. Cependant, en gage de vengeance, la France lui impose des dettes monstrueuses qui écrasent la population et plongent l’île dans la misère. A cela s’ajoute l’exploitation de la part des grands propriétaires terriens, les grandons, et l’oppression et la violence des dictateurs, tels que Duvalier père et fils. La pauvreté et l’oppression ont été à Haïti la conséquence directe d’une exploitation constante de la part d’agents extérieurs appuyés par les forces politiques internes déterminées à préserver leurs richesses et leur pouvoir.

Dadoue quitte le couvent des sœurs thérésiennes à l’âge de 20 ans. « Je mangeais cinq fois par jour, je priais, –  elle racontait – alors que dehors les gens mouraient de faim. » Elle quitte le couvent et va s’installer à Dauphiné, au milieu des montagnes, pour enseigner aux enfants, envisager un futur pour les jeunes, et pour aider les paysans à ses battre contre les abus et l’exploitation des propriétaires. C’est à partir de l’éducation des adultes qu’elle a lancé des projets agricoles durables ayant tout d’abord comme objectif une production destinée à l’autoconsommation, et ensuite elle a mis en oeuvre des systèmes d’irrigation et des viviers pour réduire la déforestation des montagnes.

C’est grâce à son engagement et à l’association FDDPA, qu’elle fonde dans les années ’80, que Dadoue arrive à offrir des conditions de vie dignes à ces paysans qui n’auraient eu autrement d’autre issue qu’émigrer dans les bidonvilles qui entourent les villes. En outre elle a offert des chances aux femmes qui ont eu la possibilité d’ouvrir des activités économiques, devenir indépendantes et se libérer d’une longue tradition de soumission et de violence. Afin d’affirmer les droits fondamentaux de ces gens délaissées, elle a également construit des réseaux d’entre-aide, dans le département d’Arbonite ainsi que dans d’autres zones du pays, pour sortir les enfants de la rue et les jeunes filles de la prostitution, pour éduquer la population à l’hygiène, pour mettre en valeur la médicine traditionnelle, pour distribuer des médicaments et combattre le SIDA.

Lors du séisme dévastateur de janvier 2010, Dadoue et son association FDDPA, grâce à cette expérience acquise au cours des années, ont pu dès les premières heures subvenir aux exigences de la population et dénoncer l’absence de l’Etat et la logique autoritaire et violente des aides internationales. Face à l’irréparable il n’y avait que l’effort et la prise en main des haïtiens eux-mêmes afin de reconstruire patiemment les conditions minimales de vie et de coexistence.

Dadoue comme d’habitude n’a pas épargné ses efforts, mais malheureusement sa vie s’est arrêtée, à l’âge de 48 ans, tuée sur un bus, le 24 avril 2010, à Cité Soleil, lors d’une attaque par une bande de voleurs.

Dadoue n’était pas seule et depuis ses amis ont continué son travail patient, pas seulement à Haïti. C’est pour cela que le prix Alexander Langer est adressé à eux, à la mémoire d’Elane qui a exploré les milles facettes de forger son propre destin. Elle a appris à agir efficacement dans les rouages d’un pouvoir bête et fier de son arrogance, pour donner la voix aux individus en restant sensible à leurs besoins et pour contrer les géants des pouvoirs globalisants à partir d’une logique solidaire et d’une décision libre venant du bas de la société.

 

Le Président du Comité Scientifique: Fabio Levi

 

Le Président de la Fondation: Enzo Nicolodi


Le prix de 10.000 Euros est offert par la Banca Popolare Etica SCRL de Padoue

 

Le Membres du Comité scientifique de la Fondation: Fabio Levi (Président), Anna Maria Gentili (Président adjoint), Andrea Lollini, Anna Bravo, Bettina Foa, Edi Rabini, Francesco Palermo, Gianni Tamino, Giovanni Damiani, Grazia Barbiero, Helmuth Moroder, Ingrid Facchinelli, Liliana Cori, Mao Valpiana, Marco Onida, Margit Pieber, Marianella Sclavi, Marijana Grandits, Pinuccia Montanari.